/ Les témoignages et interviews

Interview de Sabrina Lopes, sophrologue du réseau Medoucine

A la suite d'une douzaine d'années passées en entreprise, Sabrina Lopes entame une quête de sens qui va la conduire vers ce qui l'anime réellement : l'accompagnement.

Nous vous invitons aujourd'hui à découvrir le parcours de Sabrina, sophrologue certifiée du réseau Medoucine basée à Meudon (92) et Paris, de sa reconversion à son installation en cabinet.

Au cours de cet échange, Sabrina nous confie une multitude de conseils et leçons apprises de son expérience en Marketing et qui l'ont guidée dans le lancement de son activité de thérapeute.

Découvrez la vidéo :

Bonjour 😊 , pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Bonjour, je suis Sabrina LOPES, sophrologue certifiée de l'Académie de Sophrologie de Paris.
J'ai entamé une reconversion professionnelle en 2018 après un parcours en entreprise de plus de douze années. Initialement diplômée d'une école de commerce (ESCGI), j'ai souhaité changer totalement de voie pour faire de ma passion mon métier et devenir mon propre patron.
Depuis toujours, je suis passionnée de psychologie, de bien-être, de médecines alternatives. J'ai commencé en lisant de nombreux ouvrages, puis en m'inscrivant ensuite à des cours de yoga et de sophrologie. J'ai décidé de sauter le pas en me formant.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre reconversion ?

Je suis diplômée d'un Master en Marketing. J'ai ensuite travaillé au sein de divers services en entreprise : Marketing, Communication, Assistanat de Direction.
Au fur et à mesure j'ai trouvé qu'il y avait une perte de sens à ce que je faisais et j'ai été rattrapée par ce qui m'anime : l'accompagnement des enfants.
Je me suis alors posée des questions et j'ai décidé de me former en parallèle de mon activité, jusqu'à ce que je quitte mon entreprise en novembre dernier.

Cette reconversion s'est-elle ainsi faite de manière graduelle ?

Tout à fait. C'est une reconversion professionnelle qui s'est faite de manière très douce : j'ai pris le temps de me former sur deux ans et demi et de me spécialiser.
J'ai également exercé en parallèle sur les plages horaires que j'avais de libres, en fin de journée et le week-end, en animant des ateliers et des séances individuelles au sein d'associations pour acquérir de l'expérience dans le domaine.

Votre formation en Marketing, précédemment à votre métier de thérapeute, vous a-t-elle donné des outils pour vous lancer ?

Tout à fait, cela m'a donné énormément d'outils.
Je ne me suis ainsi pas du tout sentie perdue au départ.
J'ai réalisé un business plan, étudié le marché, la concurrence : des choses qui peuvent paraître anodines de prime abord mais qui sont finalement très importantes pour pouvoir ensuite se positionner.
Mes études en Marketing m'ont ainsi apporté des ressources telles que l'étude de marché, le SWOT, le pitch... qui sont très importantes et que je conseille fortement à tout thérapeute de prendre le temps de réaliser avant même de se lancer.

Comment avez-vous obtenu vos premiers clients ?

J'ai obtenu mes premiers clients grâce à Medoucine.

Utilisez-vous des outils digitaux pour communiquer ?

J'utilise beaucoup les outils digitaux.
J'utilise Instagram, Facebook et Linkedin pour véhiculer des informations que je trouve intéressantes pour pouvoir toucher une audience large.
Il y a, à mon sens, des limites à ces outils. Je conseille tout de même de les avoir, de bien les connaître et les utiliser.
J'ai également lancé mon propre site Internet que je souhaite alimenter avec des articles.
Développer ces outils est l'un de mes objectifs pour 2021.

Que faites-vous pour garder le lien avec vos clients ?

Je rédige des e-mails ainsi que des textos personnalisés pour garder le lien.

Continuez-vous à vous former ? Si tel est le cas, quelle formation faites-vous en parallèle ?

Je suis une formation de yoga-thérapie.
J'y apprends de nombreux exercices de yoga et de posture dans un cadre de prévention pour apporter des outils, conseils et exercices de yoga sur mesure.
Selon la problématique que rencontre la personne que l'on reçoit en cabinet, qu'il s'agisse de troubles digestifs ou de troubles féminins par exemple, on propose une série d'exercices de yoga adaptés.

Quelles sont les motivations qui vous donnent envie de pratiquer ?

L'accompagnement de la personne est ce qui me guide dans mon métier : apporter des outils pour que chacun puisse ensuite les réaliser de façon totalement autonome.
Ce qui me fait plaisir et me motive dans ma pratique est d'observer les personnes intégrer ces exercices et le fait qu'elles se sentent mieux.
Rendre la personne autonome et voir cette réappropriation du corps me fascine et me conforte dans ma posture.
L'aide, l'authenticité, le partage et l'écoute active sont également des valeurs qui me portent.

"La solitude du thérapeute entrepreneur", qu'en pensez-vous ?

Pour le moment je ne me sens pas seule car j'ai pour projet de développer une association avec un réseau de professionnels autour de l'enfance.
Ce projet serait mené au sein de ma commune et rassemblerait plusieurs professions dont des sophrologues, des orthophonistes ou encore des psychologues.
Je pense qu'il peut être difficile pour les parents de savoir vers qui s'orienter pour trouver un accompagnement. L'objectif serait ainsi de proposer un ensemble de professionnels autour de l'enfance avec qui l'on peut travailler sur diverses problématiques.

Si vous deviez donner une leçon à un praticien, apprise durant votre parcours, quelle serait-elle ?

Je recommanderais de faire une étude de marché (PITCH, Business plan) et de bien travailler sa communication (digitale, papier, cartes de visite, site Internet) avant tout lancement officiel.

En dehors de ceux que nous venons d'évoquer, avez-vous d'autres objectifs pour ces prochains mois ?

J'ai pour objectif de rédiger un article par mois.
Je pense que c'est un objectif atteignable en parallèle des nombreuses tâches administratives que je dois endosser en ce début d'activité.

Quel seraient vos derniers conseils pour un praticien en médecines complémentaires qui essaye de développer son activité ?

Le tout premier conseil que j'aurais à donner est d'y croire. Si l'on est véritablement animé par notre activité et qu'on le ressent au plus profond de soi, alors ça fonctionnera.
Il ne faut cependant pas négliger d'autres aspects et il est primordial de se construire des bases solides de communication avant tout lancement.
Enfin, je conseillerais de ne pas travailler seul mais en lien avec d'autres professionnels.

Selon vous, est-il important quand on est praticien d'être dans le réseau Medoucine ? Si oui, pouvez-vous expliquer pourquoi ?

Oui, pour se faire connaître et reconnaître la profession dans son domaine.

Si vous deviez recommander Medoucine à un praticien qui hésite, que lui diriez-vous ?

Que cela fait partie de la stratégie de communication d'un lancement d'une activité professionnelle d'un thérapeute.

Un grand merci à Sabrina pour cet échange inspirant et riche de conseils.

Retrouvez Sabrina sur son profil Medoucine, ainsi que sur son site Internet.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'aventure Medoucine ou si vous avez des questions, nous vous invitons à remplir ce formulaire.