/ Les témoignages et interviews

Interview de Séverine Plantard-Wahl, réflexologue du réseau Médoucine

Je communique sur chaque média différemment et régulièrement pour toucher un maximum de personnes et adapter le contenu aux supports.

Découvrez le parcours et les conseils de Séverine Plantard-Wahl, réflexologue du réseau Médoucine basée à La Queue-lez-Yvelines (78).

Lors de cet échange enrichissant, Séverine se confie notamment sur les étapes qui l'ont menée vers la pratique de la réflexologie, les leviers de croissance qu'elle met en place pour développer son activité, ainsi que son avis sur le réseau Médoucine.

Découvrez la vidéo :

En résumé...

Bonjour Séverine 😊, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Bonjour, je m’appelle Séverine Plantard-Wahl. Je suis Réflexologue Rncp - Relaxologue. Je reçois dans mon cabinet sur La Queue-lez-Yvelines. Je pratique la réflexologie plantaire, palmaire, la réflexologie faciale-crânienne et la relaxation dorsale.  
Je suis aussi intervenante en prévention et gestion du stress en entreprise mais cette activité est un peu de côté depuis la crise sanitaire que nous traversons.  Auparavant, j’ai travaillé pensant plus de 25 ans dans le domaine bancaire. Je m’occupais de clients professionnels.

D’où vient cette envie de vous former en tant que praticien ?

J’ai toujours été tournée vers les autres, le relationnel, l’empathie, l’accompagnement. Je suis aussi quelqu’un de curieux. Je m’intéresse à tout ce qui m’entoure. J’ai soif d’apprendre plein de choses.  
Au niveau santé, j’ai toujours eu l’habitude de consulter des médecins allopathes mais aussi homéopathes, acuponcteurs, des ostéopathes. La notion de santé naturelle, de santé durable est très importante pour moi.  
Ma rencontre avec la réflexologie n’a pas été immédiate. En fait, il y a quelques années, j’étais très investie dans mon travail. Il y avait des objectifs commerciaux de plus en plus importants et je les réalisais. D’un point de vue médical, j’avais de plus en plus de torticolis, de blocages articulaires. Je consultais mon ostéopathe de plus en plus. Au début, c’était 1 à 2 séances par an et puis les séances se sont multipliées, jusqu’à consulter tous les 2 mois voire plus. Mon ostéopathe a commencé à me parler de stress, à m’expliquer que le stress pouvait générer comme maux sur l’organisme.  Je me suis donc posée beaucoup de questions sur ce qu’était le stress, ce qu’il pouvait générer. Ça a été comme un électrochoc. Je ne pouvais pas continuer à me malmener sans rien faire.
Comme je suis curieuse, j’ai voulu découvrir différentes pratiques : le shiatsu, la sophrologie, le yoga et puis j’ai découvert la réflexologie. Les séances que j’ai reçues m’ont détendues, apaisées et j’ai ressenti un vrai travail intérieur et cela se prolongeait sur le long terme. J’aimais beaucoup mon précédent travail, mais à 40 ans, comme beaucoup je me suis posée des questions. Est-ce que je vais faire ce travail toute ma vie ? Si je n’avais plus de travail, qu’est ce que j’aimerais faire ?  C’était une évidence, il fallait que je me forme en Réflexologie. Nous étions en 2015 et un centre de formation venait d’avoir un agrément pour délivrer une formation de Réflexologue RNCP. C’était le 1er centre en France. L’approche, le cursus me correspondaient. Je me suis lancée et j’ai étudié l’approche dite “occidentale” qui s’appuie sur les différents système nerveux et hormonaux. Le réflexologue va stimuler par différentes techniques de digito-pression, certaines zones ou points réflexes avec pour objectif de permettre au corps de retrouver un équilibre que l’on appelle homéostasie. Il va agir à distance sur ces différents systèmes et relancer le potentiel vital de la personne. Notre potentiel vital étant tout ce qui permet de réguler, de coordonner et de contrôler le fonctionnement de notre organisme, de notre métabolisme.
A l’issue de la formation, j’ai créé mon cabinet et pendant 3 ans j’étais ce qu’on appelle une slasheuse. J’avais 2 activités : 5 jours par semaine en agence bancaire et 1 jour au cabinet.  En 2020, j’ai quitté mon ancien travail pour me concentrer sur mon cabinet.

Combien de rendez-vous avez-vous environ par mois ?

40

Comment avez-vous obtenu vos premiers clients ?

Mes premiers clients c’était ma famille, mes collègues. Au début, je ne faisais pas de publicité, j’avais mon autre travail et je ne voulais pas qu’il y ait un conflit d’intérêt car mon ancien lieu de travail et le cabinet étaient proches. J’avais juste une carte de visite et une page Facebook professionnelle. C’était essentiellement du bouche à oreille.  Ensuite, j’ai créé mon site internet, des flyers et je me suis fait connaitre auprès des professionnels de santé. Je suis allée rencontrer les kinés, les pédicures podologues, les ostéopathes, les psychologues, mon médecin généraliste… J’ai fait un partenariat avec une association d’aidants. Les retombées ne sont pas immédiates mais c’est un travail de longue haleine.

Quel est votre meilleur canal de communication en termes de Réseaux sociaux ?

En plus de mon site et de ma page Facebook, je suis aussi sur Instagram et Linkedln. En fait, je communique sur chaque média différemment et régulièrement pour toucher un maximum de personnes et adapter le contenu aux supports. Le canal qui fonctionne plutôt bien, ce sont les groupes Facebook.

Continuez-vous à vous former ? Quelle formation faites-vous en parallèle ?

Oui et j’adore me former. Pendant le confinement j’ai suivi des Mooc (sur les premiers secours, de psychologie, bien-être au travail). Je vais bientôt commencer une formation en présentiel sur le traitement manuel et par crochetage des fascias, ce tissu conjonctif qui recouvre tous nos organes, nos os… qui est fortement impacté par le stress.

Quelles seraient vos trois motivations qui vous donnent envie de pratiquer ?

J'aime les personnes, j'aime aider et quelle satisfaction de recevoir des retours de mes clients qui se sentent mieux.

"La solitude du thérapeute entrepreneur", qu'en pensez-vous ?

La solitude du thérapeute, je ne la connais pas. Je vois des clients tous les jours. Je suis en relation avec des réflexologues, des professionnels de santé. Je fais des échanges avec des praticiens. Pour bien s’occuper des autres, il faut savoir s’occuper de soi également.

Si vous deviez donner une leçon à un praticien, apprise durant votre parcours, quelle serait-elle ?

Il faut rester aligné avec qui on est, avec ce que l’on sait faire et ce que l’on veut faire.

Quel serait votre dernier conseil pour un praticien en médecines complémentaires qui essaye de développer son activité ?

Savoir s’entourer, communiquer.

Êtes-vous content du réseau ? Pourquoi ?

Je suis très contente du réseau Médoucine. C’est un vrai réseau de professionnels certifiés. C’est un gage de qualité pour les clients et en tant que praticiens c’est important de savoir que l’on peut échanger avec d’autres praticiens certifiés. Nous pouvons aussi adresser un client à un autre praticien en toute confiance.
La plateforme de prise de rendez-vous en ligne, c’est indispensable aujourd’hui. Les clients reçoivent un sms de rappel pour leur rendez-vous. Le plus, c’est l’avis client qui est automatiquement demandé après une séance. C’est top. Cela permet de gagner en lisibilité pour le praticien et les clients ont besoin de retour concret pour choisir leur praticien.

Quel service préférez-vous chez Medoucine ? Pourquoi ?

J’aime évidemment le service de prise de rendez-vous et de suivi. Mais j’aime aussi les webinaires, les tours de table entre praticiens, le blog avec des sujets variés. Médoucine est un réseau présent sur de nombreux colloques pour mettre en avant les médecines complémentaires et c’est très appréciable.

Selon vous, est-il important quand on est praticien d'être dans le réseau Medoucine ? Si oui, pouvez-vous expliquer pourquoi ?

Pour moi, il est nécessaire d’avoir une posture sérieuse en tant que praticien. La prise de rendez-vous en ligne, le suivi des rendez-vous automatisé, c’est indispensable. Médoucine permet, en plus, avec le retour client après séance de faire augmenter les avis et de gagner en visibilité.

Un grand merci à Séverine pour avoir partagé son parcours lors de cette interview !

Retrouvez dès à présent Séverine sur son profil Médoucine et sur son site Internet.

Si vous aussi, vous souhaitez rejoindre le réseau des praticiens certifiés en médecines douces en France et développer votre activité, cliquez ici.